Sans titre large

Retrouvez nos bijoux de créateur dans les superbes “box” Oui Please !

Partager
La mode des “box” « made in France » gagne le Texas !

Avec des sélections de produits triés sur le volet, produits mode, beauté, déco et même gastronomie, ces box ravivent les américains qui cherchent à “goûter” la culture et notre amour de la vie à la Française. Le très beau site Oui Please, permet aux américains de recevoir directement de chez eux un peu de la culture française. Qui dit culture française, dit la meilleure nourriture du monde, le vin et le champagne, les beaux-arts, les parfums, la Mode à la française et le chic… la liste est sans fin.

Tout cela et encore plus est disponible depuis votre maison - tout ce que les femmes américaines peuvent désirer sera livré dans un luxueux coffret, haut de gamme et thématisé.
Comment cela fonctionne ? Vous avez juste besoin de vous inscrire et vous serez prêt à commencer une formidable aventure, pleine de surprise. Mais ce n’est pas tout, votre paquet sera aussi accompagné du numéro le plus récent du magazine «Et Voila», exclusivement publié par Oui Please. Les photos sont superbes, à couper le souffle !

Alors, quand Oui Please nous a contacté pour un partenariat avec la marque Little Woman Paris, nous n’avons pas hésité une seule minute. Nous avons sélectionné avec attention, de très belles pièces de la marque Little Woman Paris, choisies parmi nos collections variées de bijoux en émail pour femme et d’accessoires à cheveux en émail. Dans quelques jours, de belles créations Little Woman Paris « made in France» vont sillonner le monde et créer de merveilleuses surprises. Permettre à un plus grand nombre de connaître et d’apprécier nos créations, c’est un véritable aboutissement et une chose que l’on souhaite voir grandir un peu plus, tous les jours.

Alors si vous lisez cet article et que vous n’avez pas encore votre bijou en émail pour femme, ou votre accessoire à cheveux en émail, courez vite découvrir le site Oui Please ! Nous, on est vraiment fan et vous ?  

 
                                                                                    Catherine Renk
comments powered by Disqus